Le statistiche
CERVATTO VALSESIA mt.1022
Screen Saver Les fetes des chataignes Les Calendries Marcher en mangeant Les manifestations
Les sentiers L'Histoire Le Pays Pro Loco Cervatto hier...
Où nous sommes Comme nous rétrouver La presse Cervatto en HP Cervatto préféré
Valsesia: le vert, le rouge, l'or Les promenades Eté 2001
Remerciement Bibliographie Link Ecrives nous HOME
CERVATTO VALSESIA
L
'Hystoire
Les églises marquent les étapes.

… Je veux dire : marquent les étapes de l'histoire religieuse de chacune des paroisses, mêmes les  plus petites.

Ici surgit l'oratoire de la Madonne des Neiges, à Selletto, dont on note la présence en 1590, avant celui dédié à S. Rocco un plus tard, qui contient encore aujourd'hui un autel de bois doré avec quatre statuettes dans le style de celles qu'on trouve à Cravagliana et Fobello.

On la décrivait ainsi en 1590 :

"Elle a un portique à quatre colonnes. Au dessus de la porte, une grande fenêtre avec quatre colonnettes (les fenêtres trilobées devenant ensuite traditionnelles). On trouve sur le linteau un Christ sculpté, et un retable avec diverses figures de saints, au milieu desquels une Vierge à l'Enfant…et une petite cloche sur le toit.

De peu postérieur aux deux précédents, l'oratoire de S. Pantaleone démoli récemment parce que devenu dangereux. On peut y admirer aujourd'hui une belle toile représentant le saint.

Encore un petit oratoire sur la route qui mène aux hameaux du haut, érigé en 1729 par des gens originaires de Cervatto, habitant Turin.. Ils voulurent le dédier à la Madone.

Le hameau de Taponaccio voulut honorer S. Delendente, protecteur des troupeaux, en lui consacrant un petit oratoire (1744).

Il abrite un tableau de De Dominicis di Rossa, comme me le rappelel Anna Rosa Cucciola.

A Campelli, reste l'antique chapelle de S. Bernardo. On y trouve encore un tableau avec la Vierge, Saint Antoine et Saint Bernard.

Si  à Giavina, on fête la Madone des Grâces, plus haut, à Balmone (1850m), on chante souvent la gloire de la Madone d'Oropa. L'oratoire fut détruit en 1850 par une avalanche, mais réédifié en 1878, grâce à la ténacité des dévots.

Un autre titre cher donné à la Madone est celui de la Vierge de Lourdes, un oratoire lui étant consacré en 1896.

A côté de la Villa-Castello des Montalto, on note la petite église de S. Giovanni Battista.

Raveli parle, dans l'un des ses ouvrages de cette suite d'oratoires, les ayant passés en revue lors d'une visite :

"La Madone de Balmone et les autres petites églises que l'on rencontre dur le parcours sont autant de petits sanctuaires, soignés, entretenus à merveille".

Le prêtre alpiniste fait remarquer que ces sanctuaires indiquent et protégent la paix ambiente :

"Même le Cervo qui descend et passe sous Cervatto, y coule avec un simple bruissement pour ne pas troubler la paix de ce petit paradis.


La caractéristique de la dévotion de nos populations montagnardes à toujours été celle de l'ouverture vers la multitude des Saints, souvent vers ceux que l'on croyait capable d'aider pour le travail, pour la santé, pour le bétail. Et cela même avant qu'à San Rocco, deux petites églises, celles de S. Martino et S. Antonio Abate, soient consacrées à la sauvegarde des étables. Pour la même raison, Saint Jean Baptiste étaie appelé à l'aide vers la fin juin, lorsque l'on partait pour les alpages. Son oratoire était construit sur un promontoire rocheux dominant Gulotto et ainsi pouvait être vu de nombreux points hauts des alpages.

A la fin du siècle dernier, la famille Montalto y érigea, à côté, son imposante maison Villa-Castello, laquelle n'ôta rien à la chapelle voisine, parce que les Montalto eux-mêmes s'occupèrent de son embellissement. En outre, ils remirent en état le chemin de croix qui y menait. La série des traditionnels quatorze stations du chemin de croix fait revivre le nom de Giovanni Battista Peracino di Celllio qui, en 1775, répéta ici les motifs de la Via Crucis de Cadarafagno. Francesto Burlazzi la restaura en 1892.

De retour au village, nous nous trouvons face à l'église paroissiale. En 1590, 'église qui n'était qu'un petit oratoire, était sous la dépendance de Fobello. L'évêque ordonna que la cloche fut enlevée de la façade et posée au sommet de deux piliers. Elle était encore là 85 ans plus tard, lorsqu'on décida l'agrandissement de ce bel oratoire.

Plus tard, devenue église paroissiale, elle connut de nouveaux embellissements. Un des Avondo exécuta sur la voûte deux médaillons où il représenta des épisodes de la vie de S. Rocco et Giuseppe De Dominici di Rossa y fit amener une toile représentant la mort de Saint Joseph.

 
L'église paroissiale

Admirez la sculpture de l'autel de la Madone du Rosaire aves ses quinze mystères traditionnels
Une antique paillote en cuir imprimé aux couleurs vives y est conservée.

On y a apporté aussi le tableau de San Pantaleone, récupéré dans l'oratoire du même nom, que l'on n'a pu empêcher de s'écrouler. Nous savons que la décoration de la voûte et des murs a été exécuté par Marco Berra, de Cervatto, vers 1940.

Ce site est optimisé pour Internet Explorer avec une résolution graphique 1024X768
Webdesigner Dario Paganini Copyright 2000-2001. Reproduction interdite, même partielle, du contenu de ce site.
Pour utiliser le matériel publié sur ce site, s'adresser au webdesigner
Tout le contenu de ces présentes pages est du domaine public